Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Ressources pédagogiques > Pédagogie > Une attitude des maîtres

Une attitude des maîtres

"Plus que jamais, la seule règle est le regard positif porté sur l’élève, même en extrême difficulté."

 Faire confiance aux enfants

  • Quelques principes de travail.

- Le maître est persuadé que TOUS les élèves peuvent apprendre.
- Le maître utilisera les mots comme "pas encore, déjà, un peu, presque, pas tout à fait… ", signe de sa confiance en chacun.
- Chaque élève va apprendre à sa manière et selon un concept personnel de la durée.

  • La classe est un ensemble de différences.

- Les élèves les plus performants peuvent servir de modèle
- Les élèves progressant lentement mais sûrement forment le plus gros de la classe
- Les élèves ayant des troubles importants de l’attention et du comportement qui font écran aux apprentissages sont prioritaires pour le maître.

 

 Les élèves prioritaires

  • Qui sont-ils ?

- Ce sont des élèves en difficulté, même en grande difficulté, temporaire ou durable.

  • Importance de l’attitude et du langage du maître

- Pour eux l’attitude et le langage du maître sont décisifs, ces élèves s’y voient en miroir :
- soit négativement : "N’importe quoi ! Comme d’habitude, t’es toujours aussi lent, qui peut l’aider ? " (dans le sens faire à sa place)...

  • Importance du discours positif du maître

- soit positivement : "Ici tout le monde continue à apprendre ; Théo sait bien raconter les histoires qu’il a écouté en classe ; c’est beaucoup mieux en écriture, bravo ! Je suis sûre que tu vas progresser en calcul…. "
- Effets : les élèves prennent confiance en eux, osent prendre des risques cognitifs, osent essayer d’apprendre à partir du moment où le maître leur montre ce qu’il attend d’eux.

 

 Métaphore de l’auto-école

  • Elle touche la notion de "droit à l’erreur" qui est plutôt la notion de "droit à l’essai"
  • En effet, il n’y a pas d’erreur quand on est en cours d’un apprentissage nouveau.
  • Le fait de caler n’est pas reconnu comme une erreur, c’est un essai et c’est au bout de nombreux essais que la voiture démarre.

 

 Un essai est un signe d’apprentissage, d’un processus

  • Les élèves vont essayer d’écrire, de lire, recommencer, réfléchir, réessayer.
  • L’essai est donc un devoir plus qu’un droit car l’élève qui craint l’échec va avoir du mal à oser d’emblée !

 

 Évaluation

  • Plutôt que d’émettre un jugement touchant l’enfant "paresseux, tête en l’air, rêveur, dissipé… ", le maître doit évaluer chez l’élève les savoir-faire relatifs aux programmes en termes de progrès.

 

 L’attitude VIP du maître

  • Valoriser : donner une valeur à la réponse : sourire, hocher OUI de la tête…
  • Interpréter : expliciter, à la place de l’élève, ses propres procédés cognitifs.
  • Poser un écart : permettre à l’élève de se repositionner comme chercheur et trouveur. Il s’agit de son attitude face à une réponse ou un comportement qui n’est pas celui que le maître attendait, qui n’est pas la bonne réponse ! La parole du maître assure à l’élève le guidage qu’il est en droit d’attendre.
    Attention aux phrases du type : "Qui veut l’aider ? " = échec public devant tous !

 Créer une dynamique de classe

  • Mettre en place l’ambiance de classe

- L’ambiance de classe constitue l’un des facteurs de réussite scolaire.
- Chaque élève doit pouvoir se reconnaître en train d’apprendre à sa manière à lui dans le projet de classe.
- Il s’agit de rendre les élèves coopérants, de leur apprendre le respect et la solidarité.

  • Le piège de la concurrence entre les élèves.

- Il ne doit pas y avoir de concurrence entre les élèves mais un apprentissage de l’autonomie et de la coopération.
- Cela ne va pas de soi : il faut apprendre aux élèves à aider et ne pas faire à la place du camarade.

  • Aider… Oui, mais comment ?
    Pour être autonome dans leur apprentissage les élèves doivent :

- accomplir des tâches
- choisir des procédés
- choisir des opérations adéquates à la résolution de problème.

  • Pour apprendre les élèves disposent :

- d’un maître VIP
- d’un équipement mental pour réfléchir et raisonner
- d’activités cognitives (comparer, discriminer, associer, déduire, anticiper, classer…)
- d’outils : matériel, affiches, cahiers...

  • Choix didactiques

- "Il appartient aux enseignants de choisir la voie qui conduit le plus efficacement tous les élèves à toutes les compétences fixées par les programmes. "

  • Mettre en place l’autonomie

SPIP 3.0.15 [21231] | Squelette BeeSpip v.3.1.0